Chronique publiée dans la revue de la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord

Le patrimoine bâtit et sa préservation ou histoire d’un chien de garde édenté!

L’histoire peut se raconter grâce à la présence de bâtiments qui ont subsisté jusqu’à aujourd’hui. Ces édifices sont à la fois un témoignage immatériel d’une technique de construction d’une autre époque.

Tristement  certains bâtiments sont laissés à eux même, mais évitons de faire des jugements trop rapides sur l’indifférence des autorités publiques. Néanmoins, des questions peuvent et doivent être posées.

Maison Brignon-dit-Lapierre (4251, boulevard Gouin Est)

Ce bâtiment construit vers 1770 a été abandonné pendant trop longtemps. Mais les démarches de la Société d’histoire et de généalogie de Montréal-Nord ont porté fruit grâce à l’implication de l’arrondissement.  Abandonnée de 1987 à 2012, cette maison a bénéficié d’une magnifique restauration.

Pensionnat des Dames du Sacré-Cœur (1125, boulevard Gouin Est)

L’ancien externat Sophie-Barat construit en 1858 fut la proie des flammes en 1997. Depuis, on tergiverse sur le sort du bâtiment pendant que le passage du temps et l’alternance des saisons font disparaître l’une des premières institutions d’enseignement à s’être installé au Sault-au-Récollet. Aux dernières nouvelles, on voudrait intégrer certaines parties du bâtiment dans une nouvelle construction qui servirait de centre d’arts pour la CSDM mais la population locale s’inquiète de l’affluence qui briserait la quiétude des lieux dans un tel projet.

  

Maison Pierre Persilier-dit-Lachapelle (790, boulevard Gouin Ouest)

Connu sous l’appellation « maison du gardien », ce bâtiment a été construit vers 1830 sur une terre que Paschal Persilier-dit-Lachapelle (constructeur de ponts et propriétaires de moulins)  légua à son fils Pierre. Restaurée de façon irréprochable, la maison est située sur le site de la prison de Bordeaux. Tristement, elle est vide et inaccessible à la population…probablement pour des raisons de sécurité.

Ancienne caserne de pompiers et poste de police (12137 – 12139, Bois-de-Boulogne)

Cet édifice qui ne sert plus pour les services d’incendies et de police depuis quelques décennies n’a plus d’utilité. Pendant quelque temps, il y avait une bibliothèque ensuite un ring de boxe mis à la disposition des jeunes. Le lieu servit de bureau de votes lors d’élections municipales. Depuis, plus rien. Le bâtiment nécessite d’onéreux travaux dont principalement la réfection du toit.

La maison Charbonneau (8740, boulevard des Mille-Îles – Saint-François, Laval)

Située à l’est de la montée du Moulin, au 8740 des Mille-Îles, cette maison fût construite vers 1736 sur un terrain concédé à la famille Charbonneau en 1711. Ce bâtiment est l’un des plus anciens de l’île Jésus est laissé à l’abandon et à l’indifférence. En cette année où l’on célèbre le 50e anniversaire de la création de ville de Laval (1965 – 2015), ce témoignage éloquent de l’histoire est oublié...mais pour ces commémorations ville de Laval vous offre des prestations de l'insipide Philippe Bond.

Vidéo de la maison Charbonneau

 

Août 2015