Le boulevard Pie-IX retour vers le passé ?

Les travaux d’aménagement et de reconfiguration de l’intersection Henri-Bourassa et Pie-IX auront comme objectif de revitaliser ce secteur et de le rendre plus beau. Étrangement, ça ressemble à un voyage dans le passé! Il est surprenant de découvrir que ce boulevard se voulait à l’origine un tronçon interurbain du fleuve à la rivière des Prairies. Dont les terre-pleins seraient de pelouses et d’arbres. Puis où les constructions longeant ce chemin se devaient d’être d’un esthétisme irréprochable. À regret, nous constatons que rien n’est plus loin de la réalité! Remontons le fil du temps…

 Au milieu du 19e siècle, c’est la révolution industrielle en Occident : le travail de l’artisan est remplacé par la machine. Les campagnes se vident et se déversent sur les villes. Au Québec, c’est une grande période d’exode vers le nord-est américain et ses filatures. Montréal comme la plupart des grandes villes voient sa population augmenter et se densifier, mais n’a pas les infrastructures sanitaires pour y faire face : égouts fait de tuyaux de bois, toilettes extérieures (les fameuses back house) pour desservir des résidences pleines à craquer. Au printemps c’était terrible… Les grandes villes étaient infectes. D’ailleurs, Montréal était appelée « la Calcutta » du nord! Les épidémies étaient chose très courante. Étonnamment à l’époque, la très grande majorité des ingénieurs municipaux n’avaient aucune notion de biologie et de chimie. Rapidement, on se rendra compte de la problématique et des gens de vision vont imaginer des villes sachant allier prospérité, industrialisation et qualité de vie. Un nouveau mode de planification urbaine venait de naître : le City Beautiful ou la Cité Jardin. On aménagera les bains publics, des parcs pour apporter l’air pur à la population, des beaux bâtiments publics de qualité, etc. New York aura son Central Park, Montréal son Mont-Royal et la cité de Maisonneuve son parc Maisonneuve.

 

 La cité de Maisonneuve était la capitale de la chaussure du Canada et une ville industrielle prospère. Marius Dufresne est l’ingénieur pour cette municipalité. Il a une vision pour sa ville et il l’a mettra en œuvre avec des réalisations telles que le marché Maisonneuve, le bain Morgan, caserne de pompier de la rue Létourneux, le Château Dufresne (sa résidence), et bien d’autres dont le boulevard Pie-IX! Les municipalités (Saint-Michel et Montréal-Nord) sur le territoire que passera ce nouveau chemin s’opposeront à ce projet puisqu’il existe déjà un chemin reliant le nord au sud depuis 1707 : le boulevard Saint-Michel. Chose inhabituelle, le gouvernement provincial confiera la gestion et la construction de ce chemin à la cité de Maisonneuve. Ainsi, Montréal-Nord devra emprunter 210 000$ pour construire sa partie du futur boulevard Pie-IX. Les travaux débuteront à partir du nord du boulevard Rosemont jusqu’à la rivière des Prairies en 1915. La municipalité de Montréal-Nord affichera sur ce boulevard que ce chemin ne sera pas déneigé lors de l’hiver 1918…à vos risques!

 

L’arrivée de ce chemin s’insère dans une période de spéculation foncière liée à une transition lente, mais constante d’un monde rural à une urbanisation. De grandes terres agricoles sont achetées par des développeurs domiciliaires qui les subdivisent en petits lots qui seront revendus à de futurs citadins pour des profits forts alléchants! D’ailleurs, Marius Dufresne est à la tête d’un projet de développement domiciliaire. Surprenant ? Son projet de développement se dénommait « swastika ». À l’époque, le swastika était un symbole du mouvement perpétuel de la vie. Les nazis stigmatiseront ce symbole à jamais. Son projet prévoyait que les édifices qui s’établiront le long du futur boulevard Pie-IX devront : être au moins de deux étages; ne pas être  à vocation commerciale; être d’apparence soignée; etc. La Première Guerre mondiale viendra mettre fin aux projets de grandeur de Maisonneuve qui prise à la gorge par ses dettes et qui sera annexée à Montréal en 1918. Ironie du sort, Montréal-Nord est dans les dettes et sera mis sous tutelle en 1921 par le gouvernement provincial jusqu’en 1958!

La Seconde Guerre mondiale vient assombrir le monde entier, mais apportera une prospérité qui bénéficiera à l’Amérique, dont Montréal-Nord. Puis le « baby-boom » de l’après-guerre apportera un grand nombre de familles. La prospérité économique et l’augmentation d’une population payeur de taxe sortiront Montréal-Nord de la tutelle provinciale.

La chambre de commerce de Montréal-Nord est fondée en 1947 qui fera campagne pour que le boulevard Pie-IX soit désigné zone commerciale.

En 1952, la compagnie « Bristol Engines » annonce l’établissement à Montréal-Nord d’une usine d’assemblage et réparation de moteurs d’avion « Rolls Royce ». Bristol sera l’un des pourvoyeurs d’emplois de qualité à Montréal-Nord pendant environ trente ans jusqu’aux années 1980. Un autre signe de vitalité économique est l’établissement du Centre commercial Forest en 1957. La mésaventure du boulevard Pie-IX et de la tutelle sera chose du passé.